• Holà,

     

    J'suis désolée de ne pas avoir eu le temps de passer vous voir mais avec la préparation des représentations de mes ateliers, les déboires avec OB et les valises à faire pour le week-end...bah plus le temps !!!

     

    Je reviendue lundi dans la journée avec j'espère de jolies photos à vous montrer si toutefois, j'arrive à les télécharger...Grrrr, ffffffff !!! C'est M'zelle Féline qui garde la maison...mais nan !!!!! pas toute seule, ma lutine ( sa vraie môman d'adoption, à la base, hein ! ) sera là avec son lutin.

    Nous partons en z'amoureux dans le Nord Pas de Calais, Steenvoorde (camping sous tente), Strazeele où nous aurons le plaisir de rencontrer Lily, Fred et leur petit lutin de 5 mois Nathan, Cassel (Festival de cornemuse), Sailly-sur-lys pour une nuitée ICI et Lille (grande découverte ! )


    Z'inquiétez pas, je'vous tiens au jus et je vous retrouve dès que possible...

     

    Bon week-end ! @ + tard ! bises !

    Voyellement vôtre


    4 commentaires
  •   201205-banner-colormatch

     

    Libelul, bien que j'aime sautiller dans une verte PRAIRIE, ma couleur favorite est bien le VIOLET:)

     

    100 1522

    100 1526

    100_1533.JPG

    photos©Voyelle

     

    Après plusieurs tentatives, j'ai réussi hier ( mais je ne décolère pas) à télécharger des photos pour participer au challenge couleur mensuel de Libellul. Je ne dis pas encore ouf car aujourd'hui, je n'ai encore point réussi à télécharger de photos. J'envisage si les problèmes persistent avec over-blog d'arrêter mon blog pour naviguer ailleurs.  Car être passée  en Premium ( payant) pour administrer au ralenti cela ne m'interesse pas. @ suivre donc !

     

     

     


    9 commentaires
  • gros gros bug sur over...peut pas insérer de photos et j'ai eu beaucoup de mal à insérer ses quelques lignes, je clique vite sur publier avant que tout ne disparaisse...click ! J'enrage ! @ très vite j'espère !


    7 commentaires
  •  "L'art ne demande jamais où en est le temps..." et il fallait bien 636 pages pour en parler. Une longue mais délicieuse lecture en compagnie de Karitas, islandaise, qui dans les années 50 s'efforce de trouver une place dans le monde des artistes peintres encore très masculin. Un magnifique portrait de femme indépendante.

    Karitas a fait le choix "égoiste ?!" de se consacrer à sa passion et de s'éloigner de ses enfants et de son mari, le beau Sigmar. 

    Sa vie n'en reste pas moins chaotique et nomade en s'affichant comme une femme libre. Paris puis New York lui apporteront la célébrité mais à quel prix ?! Bien que soutenue par sa mère et ses frères, sa soeur Bjarghildur ne cessera de lui cracher à la figure que sa condition de femme et de mère n'est pas à peinturluper mais à s'occuper de sa famille et de son foyer.

    Les évènements qui laisseront des cicatrices à l'âme de Karitas nourrissent sa peinture. Ils nous sont racontés magnifiquement  à chaque chapitre.

    Karitas retournera plusieurs fois en Islande, non seulement pour y voir sa famille mais aussi pour y reposer son esprit.

     Un livre à découvrir pour l'art, la femme,la découverte d'une Islande enchanteresse dans ses paysages et la très jolie plume de Kristin Marja Baldursdottir.

     J'ai découvert que "Chaos sur la toile" était la suite d'un premier tome qui raconte l'enfance et la jeunesse de Karitas. Il ne me reste plus qu'à le dénicher sur les étagères.

     

    Tête à tête avec Kristin Marja Baldursdottir

     

     

    chaos-sur-la-toile_bd.jpg

    Editions Gaïa 2011

    traduit de l'Islandais par Henry Kiljan Albansson

     4ème de couverture

    Karitas vient de verser l’eau bouillante dans la bassine lorsque  les belles-soeurs frappent à la porte de l’atelier glacial. Karitas  ne vit que pour l’art qui, lorsqu’il vient, crée le chaos sur ses toiles. Elle vit à Reykjavík, loin de son mari, l’armateur aux  yeux vert océan, loin de ses enfants. Le jour où elle prend la décision de partir pour Paris, surgit son  fils avec une petite fille. Et Karitas se retrouve avec deux valises  au lieu d’une pour découvrir le monde. Elle sillonne les musées,  se nourrit des oeuvres des plus grands peintres, rit dans les soirées  enfumées et enivrantes.

    De Paris à New York, de Rome jusqu’aux fjords islandais, Karitas  peint. Ou s’inquiète de ne plus peindre.  Itinéraire d’une femme libre, contemporaine de Simone de  Beauvoir, et pourtant enchaînée à son art, Chaos sur la toile  est un magnifique roman sur la passion et ces choix — parfois  fous — qui façonnent nos vies.
     
    EXTRAITS
     
    « le chaos me tourmente, me tient éveillée. Comment puis-je le capturer, le forcer à entrer dans mes tableaux ? pensé-je tandis que le ressac joue de sa liberté sans contrainte dans la froide et humide nuit de printemps.»
     
    « Il y a quelque chose dans ses tableaux que je ne saisis pas, dit Pia, je m'y connaissais plutôt bien en art fut un temps et je sais qu'elle est très capable sur le plan technique mais bien qu'elle peigne ainsi de l'abstrait il y a une maudite intonation dans ses oeuvres qui me met mal à l'aise, comme si elle blâmait l'individu, riait même de lui. Et Karlina qui n'était jamais venue à une exposition de tableaux dit : je me demande si ce n'est pas seulement son effroyable expérience qui éclate dans ses tableaux. Elle a perdu un enfant en bas âge et en avait presque perdu aussi la raison, puis sa soeur est partie dans le Nord avec un des jumeaux et son mari, mon cousin, n'en fichait pas une rame, ce démon à image d'homme, il était juste toujours en mer, imagine-toi, et puis il a trahi mon Thorfinnur».
     
    « L'art pictural n'était-il pas une illusion une fuite devant la vie ? Que m'avait pour ainsi dire apporté l'art ?»
     
    « Celui qui inspecte toujours le vent ne sème jamais et celui qui regarde constamment les nuages ne moissonne jamais. Les femmes ne doivent plus laisser le vent entraver leur voyage».
     
    « Terres septentrionales, froides et rafraîchissantes, elles m'avaient manqué, l'immensité m'avait manqué, ne pas voir aussi loin que porte le regard m'avait manqué. Lorsque je marchais sur la grève le soir, je regardais les nuages se rassembler en s'enroulant autour du soleil, contenir ses rayons pour que le glacier du Snoefellsnes devienne net et clair dans le lointain »
     
     
     

    3 commentaires
  • 100_1372.JPG

    100_1371.JPG

    100_1373.JPG

    photos©Voyelle

     

    Désolée Magda et Zaza mais je n'ai pas pu me résoudre à n'en choisir qu'une de photos...le lien est trop fort avec M'Zelle Féline   :)

     

    Me Myself and I small

     

    et merci à  Anne-laure pour la thématique du moment  !



    15 commentaires
  • 100_1338.JPG

    100_1337.JPG

    photos©Voyelle - mai 2012

     

    Éloge de la rose 

    … Roses des soirs d’avril, roses des nuits de mai,
    Roses de toutes sortes,
    Rêveuses sans repos qui ne dormez jamais
    Tant votre odeur est forte,

    Fleurs des parcs écossais, des blancs cloîtres latins,
    Des luisantes Açores,
    Vous qui fûtes créées avant Ève, au matin
    De la plus jeune aurore,

    Roses pareilles au ciel, au bonheurs, au lac pur
    A toute douce chose,
    Rose faite de miel, et faite d’un azur
    qui est rose ma rose...

    Anna De Noailles

     

     


    6 commentaires