• Omonville-La-Petite...la maison de  Prévert

    " Dans ma maison vous viendrez

    D'ailleurs ce n'est pas ma maison
    Je ne sais pas à qui elle est
    Je suis entré comme ça un jour
    Il n'y avait personne
    Seulement des piments rouges accrochés au mur blanc
    Je suis resté longtemps dans cette maison
    Personne n'est venu
    Mais tous les jours et tous les jours
    Je vous ai attendu..."
    ( Extrait "Dans ma maison" de Prévert )

    Omonville-La-Petite...la maison de  Prévert

    Omonville-La-Petite...la maison de  Prévert

    Omonville-La-Petite...la maison de  Prévert

    Nous sommes rentrés dans la maison de Prévert, nous l'avons attendu...en vain. La porte grande ouverte, son silence nous accueille le coeur sur la main...

    Omonville-La-Petite...la maison de  Prévert

    Omonville-La-Petite...la maison de  Prévert

    Omonville-La-Petite...la maison de  Prévert

    Omonville-La-Petite...la maison de  Prévert

    Sur la cheminée, une émouvante photo de Jacques, sa femme Janine et leur fille Michèle dite Minette.  

    Omonville-La-Petite...la maison de  Prévert

    Quand Picasso dessine l'artisan du langage, le dialoguiste " joueur de mots".

    Omonville-La-Petite...la maison de  Prévert

    La chambre démeublée est devenu un espace dédié aux visiteurs, le temps d'écrire sur un cahier, un cadavre exquis façon Prévert. Nom, adjectif, verbe, complément d'objet ; les jeux sont faits au bord de la fenêtre où la lumière se projette sur les pages soulignant de part en part, les mots papiers.

    Omonville-La-Petite...la maison de  Prévert

    Sur la terrasse trône un curieux homo-sapien sexué, assis sur un cuirassé, non, c'est pas ça...c'est quoi alors ?!  Un ventru dominateur écrasant de sa superbe ?!

    Omonville-La-Petite...la maison de  Prévert

    Puis, j'suis descendue dans le jardin...après la diffusion d'un documentaire dans la chambre d'amis.

    Omonville-La-Petite...la maison de  Prévert

    Omonville-La-Petite...la maison de  Prévert

    Dans le jardin de Prévert, les feuilles mortes se ramassent à la main. Je me suis donnée pour mission d'en déposer trois ( une pour le poète, une pour sa femme et une pour sa fille ) à sa dernière demeure tout en le remerciant d'être présent dans ma vie d'avant, d'aujourd'hui et de demain.. 

    Omonville-La-Petite...la maison de  Prévert

    En savoir plus sur le beau travail de mémoire orchestré par la petite fille d'un poète pas mort, Eugénie Bachelot-Prévert : Fatras succession


    6 commentaires
  • Omonville-La-Petite...sur le chemin qui mène jusqu'à la maison de Jacques Prévert ( prochain billet de nos vacances ), nous avons croisé "Azalée", ainsi nommée en souvenir d'une de ses ancêtres de mon enfance figurante dans "Le manège enchanté". Appelle-moi "Margote"

    Bisous de vache

    Bisous de vache

    Bisous de vache


    6 commentaires
  • Auderville...Paul, le bienheureux

    Notre rencontre avec Paul et ses soeurs, Françoise et Marie-Jeanne, a duré deux heures. Nous n'étions pas venus les bras ballants, ni les mains vides. Des petites douceurs se sont glissés dans un sac à l'effigie d'une belle vache normande. Paul n'a pas voulu accepter notre don du coeur. J'ai insisté cordialement. Paul a posé une condition. Nous devions nous-même déposer  nos offrandes sur la table de la salle à manger. L'invitation était claire et ce fut à notre tour d'être gêné. Nous ne voulions pas les déranger dans leur quotidien. Paul a été inflexible. Soit...mais quand même, hein. Cependant, je ne vous cache pas ma joie de découvrir par la suite que nous étions bien sur sa liste de sympathisants visiteurs. D'autant plus que Paul ne nous accueillait pas seulement chez lui mais chez ses soeurs également.

    Il m'arrive d'être incapable de contrôler le degré d'intensité de mes émotions quand la joie me submerge. Car c'est bien de cela qu'il s'agissait, de la joie d'être accueilli par Paul qui ne nous connaissait ni d'Eve ni d'Adam.  Impulsive, je suis, impulsive, je resterai...c'est ainsi.  Je lui ai donc confié que j'aimais l'homme qu'il était. Et avec quel plaisir, je l'ai découvert à travers ses écrits et le film de Rémi Maugier "Paul dans sa vie" . (Merci ma Lise ! ) Un homme simple et bon qui a mené sa vie d'agriculteur, comme ses ancêtres, avec l'aide de ses soeurs et pendant presque toute une vie.  Paul est émouvant, drôle, malicieux. Il est un être vrai, fidèle à la réalité de la vie...à celle qu'il s'est choisi. Françoise et Marie-Jeanne, effacées, discrètes, au début de notre visite, certainement par égard pour Paul, sont venues nous rejoindre à la table. J'étais ravie car ce qu'elles ne savaient pas encore, c'est que nous étions venus les voir également... avec des petites douceurs rien que pour elles.

    Auderville...Paul, le bienheureux

    Paul a accepté spontanément de me dédicacer sa biographie "Paul, dans les pas du père"  en se demandant toutefois ce qu'il pourrait bien écrire. Son ton naturel et spontané m'a fait rire.  Et puis tout simplement et dans une belle concentration, il a trouvé les mots.Il m'a tendu le livre en me demandant si ce qu'il avait noté me convenait. J'ai souri, lu et ce n'est pas sans émotion que je lui ai répondu : Merci, Paul !

    Auderville...Paul, le bienheureux

    Ses mots sont miens et je ne vous en dévoilerai pas une once de voyelles ni de consonnes. Désolée...c'est ainsi !


    8 commentaires
  • De loin comme de près la vue est superbe...

    Le phare de Goury

    Le phare de Goury

    Le phare de Goury

    Le chemin jusqu'au Phare est bordé de prés aux vaches. Ici, point de barbelés, juste des petits murets de pierres et des buissons épineux qui rappellent certains paysages d'Irlande.

    Le phare de Goury

    Le phare de Goury

    Le phare de Goury

     En arrivant au port...chemin de halage et quelques mètres plus loin, le phare... Adossés contre un soubassement herbeux et à l'abri du vent, nous déjeunons juste en face de son imposant pied marin. Au menu, saucisson, pain et fromage. 

    Le phare de Goury

    Le phare de Goury

    Le phare de Goury

    Les pieds dans l'eau - enfin presque - J'échauffe ma voix avant notre rencontre avec "Paul Le bienheureux" ( prochain billet sur nos vacances ). Monsieur Voyelle bénéficie d'une lecture à voix haute de quelques pages de "Paul, dans les pas de son père" que j'ai acheté à l'office du tourisme de Goury - je veux le relire. Il s'endormira au moment où je lui lis un passage sur le naufrage d'un bateau, un jour de grande tempête, auquel Paul et sa soeur Marie-Jeanne ont assistés.  Les mots restants se sont donc envolés aux quatre vents avant de plonger dans la grande bleue.  Les poissons ont apprécié, j'espère.

    Le phare de Goury


    5 commentaires
  • Quand on est dans le coin, c'est l'incontournable visite pittoresque à faire. Port Racine est le plus petit port de France ; avec ses 800 m2 de surface et son entrée au port de 11 m, les grosses embarcations passent le large. Naviguez, y a rien à boire !

    Port Racine

    Port Racine

    Port Racine

    Port Racine

    Port Racine

    Port Racine


    6 commentaires
  • D'après Chantal Goya, les lapins tirent sur les chasseurs. Et sur les champignons ?! Les pauvres !  Ils se sont fait trouer la peau par des "limaces-coléoptères". Heureusement que monsieur Voyelle n'était pas dans les parages à ce moment là. Bien que armé d'un couteau-champi, il aurait pu finir en civet "d'Homo sapiens" - plat favori du phénix de tous les bois.

    Tirez-pas sur les champignons !

    Les champignons "peau-de-balle et balai de crin", ont tout même finis à poil dans nos assiettes après avoir été poêlés comme il se doit. Et toc !


    3 commentaires