•  

    "Indignation" ( cliquez sur la photo pour voir + grand)

    La création du mercredi de monsieur Voyelle

    «Créer, c'est résister. Résister, c'est créer.» Stéphane Hessel


    3 commentaires
  • «Le problème c'est que ma tête n'est jamais reposée. Mon cerveau est une maison de campagne pour démons. Ils y viennent souvent et de plus en plus nombreux. Ils se font des apéros à la liqueur de mes angoisses. Ils se servent de mon stress car ils savent que j'en ai besoin pour avancer. Tout est question de dosage. (...) Mais le démon le plus violent, c'est bien moi. Surtout depuis que j'ai perdu la guerre mondiale de l'amour. Je suis devenu un putain de sapin de Noël de janvier toute l'année, du genre qu'on abandonne sur les trottoirs après l'avoir dépouillé de tout ce qu'on lui avait donné.»

    Mathias Malzieu est un perpétuel romantique poétique au coeur tendre.  Le plus petit baiser jamais recensé est un joli conte fantastique pour les "Grands enfants" que nous sommes. Pas besoin d'images, elles naissent d'emblée au fil des pages. C'est le point fort de l'auteur !  J'♥

    Cette histoire est pour ceux qui aiment :

    a ) les bonbons chocolat fourré au nectar de baiser

    b) la poésie attrape coeur. «Ton corps ressemble à s'y méprendre à cet arbre fruitier qui a la particularité de ne produire que deux fruits par vie. On raconte que si on s'endort entre ses branches, on se réveille amoureux.»

    c) les inventeurs-dépressifs qui ont un obus à la place du coeur 

    d) les détectives privés qui ressemblent à des ours polaires à lunettes

    e) les perroquets enregistreurs aux regards aussi pétillants qu'un Moët et Chandon. 

    f) les bals de Bird'n'Roll. «Mi rock'n'roll, mi battements d'ailes, constellation de sauts désespérés destinés à effleurer le ciel, le Bird'n'roll est une maladie magique qui consiste à danser comme on vole. Pratiqué pour la première fois par les astronautes Neil Armstrong et Buzz Aldrin, le Bird'n'roll est le premier pas (de danse) sur la lune.»

      

    Editions Flammarion - 2013

    Quatrième de couverture : Un inventeur-dépressif rencontre une fille qui disparait quand on l'embrasse. Alors qu'ils échangent le plus petit baiser jamais recensé, elle se volatilise d'un coup. Aidé par un détective à la retraite et un perroquet hors du commun, l'inventeur se lance alors à la recherche de celle qui "fait pousser des roses dans le trou d'obus qui lui sert de cœur". Ces deux grands brûlés de l'amour sauront-ils affronter leurs peurs pour vivre leur histoire ?
    Le plus petit baiser jamais recensé est un vrai faux polar romantique. Suite métaphorique de La mécanique du cœur, ce roman teinté de mélancolie regorge de gourmandise explosive. Comme si Amélie Poulain dansait le rock'n'roll et croisait le Petit Prince avec un verre de whisky. le site de Mathias Malzieu

     J'ai lu aussi  "La mécanique du coeur"  et  "Maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi"


    5 commentaires
  • Cocooning en mode chaussons

    J'aime de plus en plus le travail du "Granny", je m'en suis même acheté un book mais - car il y a souvent un mais qui se glisse entre mes mots - j'y vais doucement. Il y a vraiment des modèles experts qui demandent grande concentration. Pour l'instant, j'en reste au carré "Granny" basic. Ainsi est né le chausson qui sera suivi de la mitaine.

    Les deux en ligne dans la boutique...si vous êtes du genre curieux ⇒clic

     


    8 commentaires
  • Oui oui, j'ai bien dit royale ! Depuis quelque années monsieur Voyelle et moi fêtons nos anniversaires au restaurant. Nous sommes deux vaillants scorpions du 13 et du 15 novembre. Cette année, j'ai pris une bonne rondeur de chiffre, vaut mieux ça qu'une claque dans la BIP !!!!!  Nous avons donc fêter nos 101 ans,  sans les dalmatiens, dans un très bon restaurant de Fécamp. Le Daniel's !  100% recommandé ! C'est une incroyable explosion de saveurs en bouche ! Une tuerie !!! Si si, j'te jure !!!

     

    Royale soirée Royale soirée

    Pour info : Je nous ai entableauté  avec Photo editor./ PicMonkey.

    Demandez le menu, l'est plus sur la table ! Pour commencer, petit mise en bouteille bouche ( offert par la maison) d'un Velouté de potiron au fois gras et aux lardons fumés.

    Royale soirée

     

    ENTRÉES : Foie gras de canard pour Monsieur Voyelle 

    Tartare de crevettes pour moi

    Royale soirée

     

    PLATS : Ris de veau braisés aux girolles pour monsieur Voyelle

    Royale soirée

     

    Harmonie de poissons pour moi

    Royale soirée

    Je n'ai pris que mon dessert en photo, Profiteroles au chocolat, monsieur Voyelle avait déjà en partie massacré le sien, Crème brûlée à la Bénédictine, avec en  plus ( offert par la maison ) une Panna Cotta !

    Royale soirée

     

    Le tout arrosé d'un frais Bourgogne aligoté !

    Royale soirée

    Z'avons fini la soirée sous la couette, ventrus de ripailles...sans corset, ni bas pour moi quant à monsieur Voyelle, très certainement sans pantalon ! ( Scène coupée au montage !)


    11 commentaires
  •  

     

    J'interromps  votre programme pour une information de la plus haute importance - STOP - la soirée d'anniversaire de monsieur Voyelle s'est bien passée - STOP- Il s'est éteint comme une bougie d'anniversaire -STOP- Je l'aime NON-STOP  ;)

     

    info du soir, bonsoir !


    5 commentaires
  • Il était une fois...  Je n'aurai jamais pensé qu'un jour j'écrirai un ticket billet - gagnant - mais - car il y a souvent un mais qui se glisse entre mes mots - bon, pourquoi pas. Dans le genre, ma vie est tout à fait passionnante, je vous en offre un brin. Alors voilà, j'ai été sélectionnée gagné tout à fait par hasard un caddie de courses...j'en ris encore, quoique, je culpabilise un chouia car contrairement à ceux qui ont pris la peine d'essayer de trouver le juste prix d'un caddie de courses exposé...bah moi, je lui ai tout juste jeté 1/4 de mon oeil droit. Je l'ai même légèrement poussé, il me gênait pour prendre un article. Arrivée à la caisse...je ne vais pas détailler, histoire de vous épargner cette perpétuelle valse des courses du caddie au tapis- du tapis au caddie...oups, trop tard, je l'ai dit.  Arrive donc l'échange de bons procédés qui généralement est très apprécié dans le commerce. J'achète donc je paye. C'est honnête, rien à dire. La caissière me tend un coupon @ remplir en m'expliquant le principe du jeu : donner un juste prix du caddie exposé dans le magasin. Ah, oui mais moi je n'ai pas vraiment fait attention...bon bah...tiens, je vais noter le même montant que mes courses et puis toc, dans l'urne. Quelques jours plus tard, l'affaire s'est retrouvée dans ma chariote @ roulettes, comme quoi le hasard, hein. Ah, oui, j'ai gagné 2€ au loto aussi. Après le juste prix voilà qu'arrive la roue de la fortune. Maintenant, j'aimerai bien gagner un séjour dans le grand Nord mais ( j'en suis à combien de mais là, je ne sais plus, j'ai perdu le fil de mes envies ) l'Irlande ça m'irait aussi.

    Le juste prix

    PS : Je remercie Athos, Aramis et Porthos pour ce cadeau espéré inattendu, fidèle cliente que je suis...euh...pas pour tout hein, car je déMonsanto un max moa !  Et vu les denrées du panier, bah là, c'est sûr, j'en suis loin. Oui, mais ( promis ce mais est le dernier) je ne vais pas jeter quand même c'est UN CADEAU !  Bon, j'ai l'air d'ironiser là mais ( oups désolée encore 1) je suis quand même contente d'avoir gagner. Allez pour parfaire ce billet, je vous met à contribution du "juste nombre" ! Est-ce que tu peux me dire combien de mais il y a d'écrit ?! Mais je te signale qu'il n'y a rien gagné.


    8 commentaires