• Avant que je me consume de Gaute Heivoll

     

    « Presque tout est de si peu d'importance. Mais quand surgit au ciel, comme un nuage incandescent, l'ineffable, tout est consumé. Tout est transformé, toi aussi tu es transformé, et ce qui il y a peu te semblait de la plus grande valeur n'est plus rien. Tu t'éloignes parmi les cendres de tout devenant cendres toi-même. » Pär Lagerkvist

     

    Roman addictif ! Le lecteur est embarqué d'emblée dans les évènements tragiques qui a marqué l'enfance de l'auteur. "Avant que je me consume" ( édité en Norvège en 2010) se lit comme un récit sous une forme apocalyptique. L'auteur enquête sur le passé de son village natal qui a subi une série d'incendies perpétré par un jeune homme du village, un pyromane vu de l'intérieur. Et que dire de l'enfant, Gaute Heivoll, qui a été baptisé le jour même de la fin des incendies et qui toute sa vie a vécu avec cette histoire ? En parallèle, on découvre les questionnements de Gaute sur son lien avec les événements,  son avenir, la relation avec son père, sa famille. Il tente de trouver des réponses à ce qui fait un être humain et dévoile les côtés sombres  près à s'enflammer au craquement d'une allumette. Le tout à la frontière du possible. « Que voyons-nous quand nous nous regardons ?»

    Un merveilleux roman qui s'entrecroise entre la réalité et la fiction, sans vraiment en connaître les limites. Passé et présent s'entrecroisent. Fascinant !

     

    Avant que je me consume     

    Editions JC Lattès - 2014

    Traduit du norvégien par Jean-Baptiste Coursaud

    4ème de couverture : Dimanche 4 juin 1978. Un nouvel incendie se déclare dans un petit village non loin de Kristiansand. Voilà un mois qu’un pyromane sévit, et la panique monte encore d’un cran. Il faut trouver de toute urgence le coupable, mais les enquêteurs disposent de très peu de pistes. Pourtant, le lendemain, après la pire nuit, tout est terminé.
    Ce dimanche-là, un enfant doit être baptisé. Il s’appelle Gaute Heivoll. Avec cette anecdote en guise de point de départ, l’auteur reconstruit la trame de la tragédie qui a jalonné le printemps 1978. Qui était le coupable ? Pourquoi cet homme a-t-il allumé des feux dans le village ? Et qu’en est-il de ce garçon baptisé le même jour, qui a grandi avec le souvenir de ces incendies ? Qu’est-il devenu ?
    Auteur norvégien né en 1978, Gaute Heivoll a étudié le droit, la psychologie et la littérature avant de se lancer dans sa carrière littéraire. Il écrit de la poésie, des livres pour la jeunesse, des nouvelles et des romans. Acclamés par la critique, L’Incendiaire de l’été place Gaute Heivoll parmi les écrivains contemporains nordiques incontournables.

     

     


  • Commentaires

    1
    Dimanche 29 Novembre 2015 à 05:51
    Aifelle

    C'est noté ! tu lis beaucoup nordique toi il me semble smile Je rêvais d'aller aux Boréales à Caen, mais ça n'a pas été possible. L'an prochain peut-être ..

      • Lundi 30 Novembre 2015 à 21:40

        oui tu as tout a fait raison, j'aime le nordique et si en plus ça me fée voyager bah...smile !!!

        J'aimerai bien aussi les boréales ! :)

    2
    Dimanche 29 Novembre 2015 à 07:08
    Nadine

    Merci pour la référence Voyelle ! Ça donne envie, comme toujours... Pauvre de moi, en ce moment, je suis si fatiguée le soir que je ne parviens à lire que trois mots maximum... J'enrage !

    Par contre, j'ai découvert le livre audio ! Quand le lecteur est bon, c'est un vrai bonheur ! Je lis et je couds en même temps !

    Bon dimanche

      • Lundi 30 Novembre 2015 à 21:41

        et tu arrives à te concentrer ? ! bah franchement chapo !!!   :)

        bonne semaine Nadine ! @ tte !

    3
    léonie
    Dimanche 29 Novembre 2015 à 14:18

    J'ai abandonné au bout de quelques pages.

      • Lundi 30 Novembre 2015 à 21:44

        ah ? tu me diras pourquoi  :) j'ai vraiment hâte de voir l'adaptation au théâtre en mars

    4
    Lundi 30 Novembre 2015 à 16:43
    Couleur-Parenthèse

    Coucou ma Vallia! Un roman d'introspection dans la mémoire perso et collective! Un conte contemporain sans doute interpellant!

    Je t'embrasse! A+! biggrin

      • Lundi 30 Novembre 2015 à 21:45

        belle mise en regard de mon billet ! j'adore tes mots !

        je t'embrasse aussi ma Laure ! @ tout bientôt !



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :