• "Crépuscule Irlandais" Edna O'Brien

    Juste avant de me replonger dans l'univers du fantastique, vous parlez du très joli roman pas drôle mais plein d'amour d'Edna O'Brien , auteure Irlandaise, est un plaisir !  Edna O'brien explore l'amour filial et complexe entre une mère et sa fille rebelle. Pour ne pas en dévoiler trop, je peux seulement dire qu'après avoir  refermer avec regret le livre ( sentiment qui se répète bien souvent à la fin d'une lecture que j'ai aimé !) on a envie d'appeler sa mère et lui dire combien on l'aime. Le sentiment, déjà ressenti dans d'autres lectures,  de ne pas prendre le temps - avant qu'il ne soit trop tard - de dire à nos proches, à nos amis qu'on les aime. Edna O'Brien, et cela n'est pas un hasard, nous révèle la douleur de l'éloignement et de la séparation d'avec les siens. L'histoire houleuse de deux femmes qui  se ressemblent dans leur besoin de liberté et dans leur quête du bonheur.

    A découvrir...vraiment !

     Premières pages : CLICK

    crepuscule

    Editions Sabine Wespieser - 2010

    Roman traduit de l'anglais (Irlande) par Pierre-Emmanuel Dauzat

    4ème de couverture : Edna O’Brien écrit ici le roman tumultueux et enfiévré de l’amour maternel. Il faudra un long chemin à Eleanora pour comprendre la vraie nature de sa mère, Dilly, qui pour elle avait toujours représenté le poids de la morale et de la tradition.
    Dilly avait eu beau vouloir dans sa jeunesse échapper à son destin de fille d’Irlande, elle était revenue au pays, résignée, et s’était mariée, après sa tentative avortée de fuite aux États-Unis. Sa fascination pour New York, son premier travail comme bonne à tout faire, et puis le rêve qui tourne court et, dès son retour, l’installation à Rusheen, cette campagne perdue où elle a vécu la majeure partie de sa vie : elle a tout le temps de se les remémorer dans l’hôpital de Dublin où elle attend un diagnostic. Âgée et malade, elle ne désire plus qu’une visite de sa fille, à qui elle n’a jamais cessé d’envoyer des lettres aimantes et fascinées. Eleanora, elle, a fui très jeune pour Londres l’étouffante campagne irlandaise. Elle y est désormais célèbre et détestée pour ses romans sulfureux. Quand enfin elle se rend au chevet de sa mère, c’est en coup de vent : elle prétexte un rendez-vous, et part retrouver un amant. Dans sa précipitation, elle oublie son journal intime…
    Quand elle s’en aperçoit, sa panique est vaine : la vie affranchie et passionnée qu’elle y consigne a sans doute tendu à sa mère un troublant miroir où celle-ci a pu reconnaître l’ombre de ses désirs passés. Eleanora découvrira, trop tard, la dimension de l’amour que lui vouait Dilly.

    Lu également chez le même éditeur deux superbes romans de Nuala O'Faolain ( disparue en 2008 ) Best love Rosie" et  L'histoire de Chicago May 


  • Commentaires

    1
    Jeudi 9 Décembre 2010 à 20:44
    Armide

    Je prends note de cette lecture. Le sujet m'interpèle.

    2
    Vendredi 10 Décembre 2010 à 07:57
    Aifelle

    Je note, je note .. décidément les auteures irlandaises sont excellentes



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :