• "L"armoire des robes oubliées" de Riikka Pulkkinen

    L'Armoire des robes oubliées

    "On peut supporter tous les chagrins s'ils font partie d'une histoire ou si l'on en écrit une à leur sujet. Isak Dinesen ( Karen Blixen )

    Je ne peux pas dire que je n'ai pas aimé mais - car il y a souvent un mais qui se glisse entre mes mots - j'attendai plus de force et beaucoup plus dans l'émotion. Suis-je passée à côté de l'essentiel ?! Je ne me suis pas attachée aux personnages - mise à part, la poupée Molla. Des personnages trop en retenue, trop détachés, trop pudiques dans leurs relations.

    J'ai quand même relevé de belles réflexions.

    « Les relations entre les gens sont comme des bois touffus. Ou bien les gens eux-mêmes sont des forêts, les sentiers s'ouvrent en eux l'un après l'autre, chemins se demeurant mutuellement inconnus, ne débouchant que par hasard sur les voies qui conduisent au bon endroit. »

    «J'avais déjà oublié la confiance que les enfants reçoivent en partage parce qu'ils ne connaissent rien d'autre: la foi, reçue en naissant, que tout ira bien. A une période de sa vie, on la perd un instant, inévitablement. Si l'on a de la chance, elle revient. Viennent des gens pour vous prendre dans leurs bras sous la couverture, dans des chambres à coucher, pour vous tendre la main par-dessus des tables, et avec eux vous réapprenez ce qu'il vous avait fallu perdre en même temps que l'enfance.»

    Quand il dit « je le veux», il me regarde dans les yeux derrière les yeux, et je pense qu'en réalité le visage humain est une béance comme une clairière. Chaque prière et chaque espoir, la peur et la joie secréte, le bonheur de l'enfance, tout s'ouvre sur notre visage, comme si l'on passait des profondeurs de la forêt à la lumière quand une personne dit « je le veux».

    «L'amour naissant a besoin du rêve. Besoin de réveils au milieu du songe, de pensées qu'on n'arrive pas tout de suite à situer. Besoin d'un trajet, d'une distance que l'on peut combler en repensant aux détails de l'autre : la bouche comme ça le menton. Le creux sur son poignet. Et ce regard !  Ce rire ! Cette phrase sur les arbres.

    « Il fait beau, mon amour, il fait beau dans la vie.»

    "L'armoire des robes oubliées" dévoile, combien les non-dits, les secrets, les mensonges ont une influence sur le cours de nos vies. Et puis, on ne peut pas passer à côté de cette pensée profonde que nous avons tous à l'esprit quand malheureusement, il est trop tard..." On ne dit jamais assez aux gens qu'on aime, qu'on les aime" et..."Pardon".

    Ceci dit, j'ai fortement apprécié l'écriture de Riikka Pulkkinen. Cela suffit parfois pour aimer une lecture, non ?! 

    L'Armoire des robes oubliées

    Editions Le livre de poche - 2013

    Traduit du finnois par Claire Saint-Germain

    Quatrième de couverture

    Elsa, la grand-mère d’Anna, est atteinte d’un cancer foudroyant. Entourée de ses proches, elle compte bien profiter de chaque instant, de chaque plaisir, jusqu’au bout : les rayons du soleil, les bains de mer, ou le corps de Martti, son mari depuis plus de cinquante ans, contre le sien. Mais Anna découvre que derrière ce mariage heureux se cache un drame qui a marqué à jamais tous les membres de sa famille. C’est une vieille robe oubliée dans une armoire, trouvée par hasard, qui va réveiller le passé...

    Lire un extrait


  • Commentaires

    1
    Vendredi 4 Octobre 2013 à 11:43
    Bleue-Farandole

    Et bien voilà ce que nous avons partagé hier au tél ma Vallia! Tu sais que j'ai commandé ce livre!

    J'ai trouvé pour deezert, il faut que je me reconnecte souvent , j'ai 5 h d'écoute gratos, j'ai regardé hier mon compte et me suis aperçue de cela!

    Joli week ma Vallia! A+!

    2
    Vendredi 4 Octobre 2013 à 13:02
    Aifelle

    Lecture en demi-teinte pour moi aussi, pourtant il y avait tout pour me plaire au départ : http://legoutdeslivres.canalblog.com/archives/2013/07/12/27624162.html

    3
    Mouchette
    Samedi 5 Octobre 2013 à 16:37

    Un sujet qui me touche mais je ne crois pas m'y plonger si toi tu n'as pas accroché. Je te souhaite un bon week end et te fais des gros bisous ma Voyelle.

    4
    Dimanche 6 Octobre 2013 à 23:41

    Ce que tu en dit m'aiderait plus à le lire que la quatième de couv' qui fait peur... pourtant je n'aime pas la facilité en lecture (ce que je lis en ce moment et qui me lasse... mais je continue). Le titre en revanche m'aurait attirée car souvent je prends un livre pour le titre, à la biblio bien sûr je ne risque rien, mais souvent le titre est un de mes critères. Des bises, bonne semaine et bonne lecture voyelle  :)



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :