• "La fille qui marchait dans le désert" de Vénus Khoury-Ghata

     Anne est fascinée par l'écrivain, Adam Saint-Gilles. Ce qui l'amène à donner une conférence dans la ville où il vivait. Est-ce le hasard qui fait qu'elle se retrouve à passer une nuit dans le gîte de Mathilde, sa veuve...plutôt que de prendre une chambre à l'hôtel ?!

     

    Les jours... les semaines passent,  Anne découvrent les secrets enfouis, les vies semées d'épreuves de Mathilde et Zohra, deux soeurs et d'Adam, un mort-tout puissant qui règne encore sur l'amour dévastateur des deux femmes.

     

     "Adam m’aimait à cause du désert, de l’odeur de sable qui collait à la plante de mes pieds, aimait Mathilde parce qu’elle lisait et écrivait. Elle tapait ses romans, tapait jour et nuit jusqu’à oublier qu’elle était une femme. Mathilde n’aimait pas le plaisir. Pauvre Mathilde qui n’a connu qu’un seul homme, un mari, pas un amant. Elle s’est privée de la halwa de la vie, de ce qui fait scintiller une femme comme lune de septembre. Mais les responsabilités l’ont vieillie : gérer un domaine a blanchi ses cheveux et noirci son cœur. Ma sœur m’a tout appris sauf à aimer. Adam s’en est chargé. Mathilde me manque. Une seule main ne peut applaudir. Elle était la main droite, j’étais la main gauche et Adam était les applaudissements."Zohra

     

     Tu veux la vérité ? Saint-Gilles n’a jamais aimé ce que j’étais, ni ce que je faisais. C’est mon père qu’il admirait et qu’il venait voir après chaque expédition. Il m’a épousée pour pouvoir habiter avec lui, l’interroger sur ces pays qui le fascinaient mais que ses moyens ne lui permettaient pas de visiter. Il épousait en même temps trente hectares de terre et de bois, et le calme nécessaire pour écrire sans la contrainte de gagner sa vie. Jeune journaliste, il travaillait à l’époque pour un magazine de voyages. J’ai fait de lui un écrivain. Je tapais ses manuscrits comme je le faisais des conférences du père. Il s’affaissait dès que celui-ci repartait. Je ne le voyais plus qu’à travers la fumée des cigarettes qu’il fumait allongé sur le lit, des spirales qu’il suivait du regard jusqu’au plafond. Je n’existais qu’en tant que femme à tout faire. Il me regardait sans amitié, sans rancœur, sans pitié, sans me voir. J’ai continué à taper ses manuscrits après son départ. Les pages déposées le matin devant la porte de la cuisine, rendues le soir devant la même porte. À la femme qui lisait, il a préféré celle qui lisait le marc de café. À celle qui tapait ses manuscrits, il a préféré celle qui tapait ses tapis sur la rambarde d’une fenêtre, comme à la casbah.Mathilde

     

    Anne apprend l'existence du dernier manuscrit d'Adam que Mathilde garde jalousement enfermé dans un bureau. Elle devient l'esclave consentante de Mathilde qui lui promet chaque jour la lecture du manuscrit.

     

    " Mathilde a fait de toi une esclave consentante, toujours prête à obéir et qui ne se rebelle que dans sa seule tête. Tu es capable de lécher le sol de sa maison la terre innondée de sa prairie pour mériter la lecture du manuscrit qu'elle te fait miroiter depuis ton arrivée. Elle te donne une main et retire l'autre divulgue des secrets puis nie, creuse puis efface tel le chat, qui recouvre de terre ses crottes pour les dissimuler. Quelle surprise t'attend demain ? S'agit-il du manuscrit de Saint-Gilles ou d'une autre clôture à réparer d'autres arbres à débiter ? La prairie inondée depuis la montée du fleuve il serait impensable de la labourer sinon elle te l'aurait demandé."

     

    Vénus Khoury-Ghata nous plonge au coeur d'une tempête où se joue un huit clos poignant, envoûtant et... joliment sensuel. J'ai adoré ! Merci Lise !

     

     

    9782715229532

    Editions Mercure de France - 2010

     

    4ème de couverture

    À l’occasion d’une conférence sur l’écrivain Adam Saint-Gilles, Anne rencontre sa veuve, Mathilde, et passe la nuit dans son gîte rural. La nuit devient des mois. Anne ne quitte pas les lieux malgré les rudes taches exigées par Mathilde : débiter du bois, redresser une haie affaissée lui vaudront la lecture d’un roman inédit, promise jour après jour. Anne esclave consentante de Mathilde. La découverte, à l’autre bout du domaine, de Zohra clouée dans un fauteuil roulant, demi-sœur de Mathilde et jadis amante de Saint-Gilles, éclaire d’une lumière crue la face cachée de la vie de l’écrivain…

     

    Vénus Khoury-Ghata écrivain d'origine libanaise a publié plus d'une vingtaine de romans et de recueils de poésie qui ont remportés de nombreux prix dont le Grand Prix de poésie de l'Académie française 2009, pour l'ensemble de son oeuvre poétique.

     



  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :