• Après la lecture de "Lignes de vie" ICI ...Je poursuis mon enthousiasme à lire  Graham Joyce. 

     

    Tom Webster est bouleversé par la mort tragique de sa femme. Il démissionne de son poste de professeur suite à des événements perturbateurs qui se sont déroulés dans le cadre de son travail. Il part à Jérusalem rejoindre Sharon, une amie de longue date. Ce qu'il ne sait pas encore c'est que la mort de sa femme est liée avec la mort d'une autre femme survenue deux mille ans plus tôt. Et pas n'importe quelle femme ! Marie Madeleine !

    Au travers de mythes, de légendes, de symboles...d'HYPOTHESES,Tom découvre l'envoutante et sacrée sainte ville de Jérusalem, hantée par des djinns. 

    Des fragments de manuscrits confiés par un étranger mèneront inéxorablement  Tom à la quête d'une vérité religieuse dans la violence israélo-palestinienne et ,sur le chemin de sa rédemption. 

     

    arton5364-71e5a

    Editions Bragelonne - 2007

     

    4ème de couverture

    La naissance est le commencement. La mort est la fin. Pour Tom Webster, c’étaient les deux seules certitudes. Jusqu’à ce que la mort de sa femme vienne tout changer.
    Incapable de surmonter son deuil, Tom décide de partir pour Jérusalem qu’ils avaient toujours voulu voir ensemble.
    Mais la ville sainte est aussi le territoire des démons et des illusions, des mensonges et des légendes, des fantômes et des hallucinations. Et lorsqu’un étranger lui confie des fragments des Manuscrits de la mer Morte, il commence à réaliser que ce qui le hante a pour origine non seulement la mort de sa femme, mais aussi une autre mort qui, quelque deux mille ans plus tôt, devait changer le monde, pour le meilleur et… pour le pire.

     

     

    Un extrait à lire chez l'éditeur :  CLICK



    5 commentaires
  •  Anne est fascinée par l'écrivain, Adam Saint-Gilles. Ce qui l'amène à donner une conférence dans la ville où il vivait. Est-ce le hasard qui fait qu'elle se retrouve à passer une nuit dans le gîte de Mathilde, sa veuve...plutôt que de prendre une chambre à l'hôtel ?!

     

    Les jours... les semaines passent,  Anne découvrent les secrets enfouis, les vies semées d'épreuves de Mathilde et Zohra, deux soeurs et d'Adam, un mort-tout puissant qui règne encore sur l'amour dévastateur des deux femmes.

     

     "Adam m’aimait à cause du désert, de l’odeur de sable qui collait à la plante de mes pieds, aimait Mathilde parce qu’elle lisait et écrivait. Elle tapait ses romans, tapait jour et nuit jusqu’à oublier qu’elle était une femme. Mathilde n’aimait pas le plaisir. Pauvre Mathilde qui n’a connu qu’un seul homme, un mari, pas un amant. Elle s’est privée de la halwa de la vie, de ce qui fait scintiller une femme comme lune de septembre. Mais les responsabilités l’ont vieillie : gérer un domaine a blanchi ses cheveux et noirci son cœur. Ma sœur m’a tout appris sauf à aimer. Adam s’en est chargé. Mathilde me manque. Une seule main ne peut applaudir. Elle était la main droite, j’étais la main gauche et Adam était les applaudissements."Zohra

     

     Tu veux la vérité ? Saint-Gilles n’a jamais aimé ce que j’étais, ni ce que je faisais. C’est mon père qu’il admirait et qu’il venait voir après chaque expédition. Il m’a épousée pour pouvoir habiter avec lui, l’interroger sur ces pays qui le fascinaient mais que ses moyens ne lui permettaient pas de visiter. Il épousait en même temps trente hectares de terre et de bois, et le calme nécessaire pour écrire sans la contrainte de gagner sa vie. Jeune journaliste, il travaillait à l’époque pour un magazine de voyages. J’ai fait de lui un écrivain. Je tapais ses manuscrits comme je le faisais des conférences du père. Il s’affaissait dès que celui-ci repartait. Je ne le voyais plus qu’à travers la fumée des cigarettes qu’il fumait allongé sur le lit, des spirales qu’il suivait du regard jusqu’au plafond. Je n’existais qu’en tant que femme à tout faire. Il me regardait sans amitié, sans rancœur, sans pitié, sans me voir. J’ai continué à taper ses manuscrits après son départ. Les pages déposées le matin devant la porte de la cuisine, rendues le soir devant la même porte. À la femme qui lisait, il a préféré celle qui lisait le marc de café. À celle qui tapait ses manuscrits, il a préféré celle qui tapait ses tapis sur la rambarde d’une fenêtre, comme à la casbah.Mathilde

     

    Anne apprend l'existence du dernier manuscrit d'Adam que Mathilde garde jalousement enfermé dans un bureau. Elle devient l'esclave consentante de Mathilde qui lui promet chaque jour la lecture du manuscrit.

     

    " Mathilde a fait de toi une esclave consentante, toujours prête à obéir et qui ne se rebelle que dans sa seule tête. Tu es capable de lécher le sol de sa maison la terre innondée de sa prairie pour mériter la lecture du manuscrit qu'elle te fait miroiter depuis ton arrivée. Elle te donne une main et retire l'autre divulgue des secrets puis nie, creuse puis efface tel le chat, qui recouvre de terre ses crottes pour les dissimuler. Quelle surprise t'attend demain ? S'agit-il du manuscrit de Saint-Gilles ou d'une autre clôture à réparer d'autres arbres à débiter ? La prairie inondée depuis la montée du fleuve il serait impensable de la labourer sinon elle te l'aurait demandé."

     

    Vénus Khoury-Ghata nous plonge au coeur d'une tempête où se joue un huit clos poignant, envoûtant et... joliment sensuel. J'ai adoré ! Merci Lise !

     

     

    9782715229532

    Editions Mercure de France - 2010

     

    4ème de couverture

    À l’occasion d’une conférence sur l’écrivain Adam Saint-Gilles, Anne rencontre sa veuve, Mathilde, et passe la nuit dans son gîte rural. La nuit devient des mois. Anne ne quitte pas les lieux malgré les rudes taches exigées par Mathilde : débiter du bois, redresser une haie affaissée lui vaudront la lecture d’un roman inédit, promise jour après jour. Anne esclave consentante de Mathilde. La découverte, à l’autre bout du domaine, de Zohra clouée dans un fauteuil roulant, demi-sœur de Mathilde et jadis amante de Saint-Gilles, éclaire d’une lumière crue la face cachée de la vie de l’écrivain…

     

    Vénus Khoury-Ghata écrivain d'origine libanaise a publié plus d'une vingtaine de romans et de recueils de poésie qui ont remportés de nombreux prix dont le Grand Prix de poésie de l'Académie française 2009, pour l'ensemble de son oeuvre poétique.

     



    votre commentaire
  •  

    L'humour bristish à la Alan Bennett c'est un plat qui se mange cuit au four, sur thermostat 3 au lieu de 4 ! Encore faut-il que l'on ne vous vole pas  la cuisinière ...avec le rôti dedans bien sûr. C'est justement ce qui arrive au couple Ransome  pendant leur sortie à l'opéra...ils ont été cambriolés ! Tout a disparu...jusqu'au papier toilette ! Ce qui oblige Monsieur a se torcher les fesses avec une des pages du programme de "Cosi fan tutte".

    (...) Mrs Ransome remarqua, non sans une certaine satisfaction, que son mari allait devoir s'essuyer le derrière avec un portrait de Mozart. Aussi rigide que malaisée à manipuler, la brochure en papier glacé ( sponsorisée par la banque Barclay's) était un contact peu agréable et se révéla inévacuable après usage. Mr Ransome eut beau tirer la chasse à trois reprises le regard farouche de Sir Georg Solti continua de le fixer d'un air désapprobateur au fond de la cuvette"

    Voilà un aperçu plus ou moins croustillant de ce roman écrit d'une plume acérée qui me laisse encore le sourire aux lèvres. J'ai adoré dès le premier regard la couverture très représentative du couple coincé. La lecture de la 4ème de couverture a déterminé mon choix...je le prends et plutôt deux fois qu'une. Ben non, y en avait qu'un...nianianiania ! 

     Bref ! Suite à leur mésaventure, on se dit que c'est l'occasion pour Rosemary et Maurice Ransome de refaire l'appart à neuf. On espère qu'ils vont changés de style, de vie même. ça s'annonce plutôt bien pour Mrs Ransome qui découvre, en autres, que chez l'épicier pakistanais c'est peut-être mieux que chez "Marks and Spencer". Quant à Mr Ransome c'est pas gagné ! Bien campé dans ses valeurs morales, l'est exigeant en plus le Maurice. On se doute qu'il est prêt à refaire l'appart à l'identique. Ahhh!!! Et voilà que survient l'incroyable, l'improbable... au moment où ils viennent de toucher le pactole de l'assurance. Je ne dévoilerai rien de plus ! A vous de le découvrir si vous en avez envie. 

    Alan bennett est aussi un auteur talentueux de pièces de théâtre et de séries télévisées en Grande Bretagne. Tu connais ?! J'ai bien envie de lire son " Moulins à paroles" de chez Actes Sud et " La reine des lectrices" son dernier roman.

     

     

    mise-a-nu-epoux.jpg

    Editions Denoël - 2010- Traduit par Pierre Ménard

    4ème de couverture

    Un soir, en rentrant de l'opéra, M. et Mme Ransome, incarnation de la bourgeoisie britannique contemporaine pétrie de convenances et de snobisme, retrouvent leur appartement cambriolé, ou plutôt absolument vidé. Tout a disparu, jusqu'aux plinthes et au papier toilette.
    Monsieur cherche les coupables, Madame, d'abord effondrée, se rêve finalement une nouvelle vie et, pendant que le couple tente de faire face avec flegme aux événements, le fragile voile des conventions se déchire et les masques tombent. Il va falloir manger, se laver, trouver du linge et affronter le monde extérieur, ce grand inconnu peuplé d'individus aux manières extravagantes – épicier pakistanais, grossier inspecteur de police, ménagère abrutie de télévision. À la clef, une révélation : le mode de vie des Ransome et ses fondements sont bien partis avec les meubles!
    Un pastiche social très réussi qui au passage égratigne sans vergogne le couple et ses petits compromis.

     


    7 commentaires
  • C'est comme un petit air résonnant de Dickens et de John Irving" avec cette belle fresque familiale épique qui se déroule dans une Angleterre qui vient tout juste d'émergée de la deuxième guerre mondiale. Sept destins de soeurs, orchestrés par Martha, mère aimante certes, mais qui gère son petit monde d'une poigne de fer.

    Un rendez vous lecture plutôt léger dans le genre fantastique mais la magie est bien là.Aucun ennui à lire la plume fluide et captivante de Graham Joyce, j'ai accroché dès les premières lignes...l'enchantement a suivi son cours jusqu'à la dernière page. Ouais, Graham Joyce a bien pris le pouvoir sous ma couette "de dessous la tente".

     

    Son "Requiem" est également sur ma pile de livres à lire. 

     

    " Graham Joyce est né en 1954 et a grandi dans un village de mineurs près de Coventry (G.-B.). Il a étudié et enseigné la littérature anglo-saxonne avant de s’exiler sur une île grecque pour écrire son premier livre. Depuis 1991, dix romans et de nombreuses nouvelles (dont Les Nuits de Leningrad in Faux rêveur, Grand Prix de l’Imaginaire 2003) l’ont imposé au premier plan du fantastique, récompensé par quatre British Fantasy Awards et finalement le World Fantasy Award pour Lignes de vie. Il est à présent reconnu comme l’un des grands écrivains anglais contemporains au sein de la littérature générale" (4ème de couverture)


    lignesdevieg.jpg

    Editions Bragelonne - 2005

    Traduit de l'anglais par Mélanie Fazi

     

    4ème de couverture

    Coventry, durant la Seconde Guerre mondiale. Une famille de sept sœurs aux vies ordinaires… et extraordinaires. Des vies fondées sur la loyauté et la trahison, l’amour et la frustration, l’angoisse et l’espoir, dominées par la sagesse et les traditions d’une matriarche indomptable, truculente et terrible. Des vies simples et émouvantes auxquelles se mêlent, presque imperceptiblement, l’étrange et le merveilleux.
    Cassie, la plus jeune des sœurs, a eu un petit garçon d’un père inconnu et n’a pas eu le courage de le céder à des parents adoptifs. Comme elle est fantasque, imprévisible et sujette à des troubles mentaux, en bref « la dernière fille au monde à qui laisser la garde d’un enfant », la matriarche décide que le petit Frank sera élevé par chacune des sœurs, à tour de rôle. Ainsi l’enfant sera-t-il le témoin privilégié de ces vies aux lignes si différentes, dans les drames et les illusions de l’après-guerre.
    Mais Frank est un enfant particulier, qui semble avoir des dons surnaturels ; comme sa jeune mère, sensible à des signes invisibles ; comme sa grand-mère, parfois visitée par des apparitions lui annonçant l’avenir…
    Et au cœur de leur histoire, il y a eu la nuit du bombardement de Coventry par la Luftwaffe. La jeune Cassie s’est trouvée en plein cœur de cette nuit d’horreur hallucinatoire et y a laissé son secret le plus précieux…

     

     

     Extrait sur le site des éditions Bragelonne : CLICK



    4 commentaires
  • Cher toi,

    Je suppose que tu t'attendais à ce que je parle de notre nuitée en tipi ,de nos étapes dans les villages charmeurs du Maine et Loire, de la Mayenne, de la découverte des spécialités d'Anjou gourmantisées et accompagnées d'une boisson raisineuse, de siestes loveuses sous la tente pendant que la pluie tombe, ...mais je dois faire le tri dans les 700 photos prises...t'imagines le boulot ?! Enfin plutôt le temps que cela va prendre, hein ! 

    100_2692.JPG100_3052.JPG

     Alors en attendant, je te parle du super tome 6 de Stephen R.Donaldson " Le pouvoir de l'or blanc" que j'ai dévoré...fan de fantastique que je suis avant de partir !

    Aucun problème à me replonger dans l'histoire ( Tome5 lu en 2007 )  d'autant plus que le glossaire en fin de tome, ça aide ! Et moi je dis : quand l'auteur est bon, très bon même, reprendre la suite d'une histoire 3 ans après = no problem ! Surtout que monsieur Donaldson a l'art de laisser dans un coin de ta mémoire une croustillante et riche épopée qui te revient façon boomerang...pour dire !

    Né en 1947 aux USA, Stephen R.Donaldson a vécu en Inde, où son père, chirurgien orthopédique, soignait les lépreux dans une mission.( Le héros du livre Thomas Covenant a la lèpre...inspiration comme base de départ ?! influencé par Tolkien en tout cas Mister Donaldson ! )

     Ce dernier volet inédit EXCELLENT et FOUDROYANT de la deuxième trilogie ( eh oui, il y en aura une troisième ! La fin est prévue pour 2013)  ne manque pas d'actions, de rebondissements plus ou moins inattendus...plutôt inattendus :)))

    Donaldson possède une des plumes acérées que j'aime dans le fantastique et qu'il mène avec brio !  

    A dévorer sans modération sous la couette jusqu'à pas d'heure tellement c'est  du très très bon m'sieurs, dames !!!

    9782842282479

    Editions Le Pré aux Clercs - 2009

    4ème de couverture

    Alors que l'île de l'Arbre primordial s'abîme dans les flots et que la quête du Bâton de la Loi a échoué, Thomas Covenant sait qu'il n'a pas d'alternative : il doit retourner se battre dans le Fief, menacé de destruction par le seigneur Turpide.
    Covenant, Linden Avery et leurs compagnons de route quittent le vaisseau de pierre, la Gemme de la voie céleste, et entament une longue et éprouvante expédition jusqu'à Pierjoie, aux prises avec de terrifiantes créatures des glaces.
    Le venin qui empoisonne Covenant l'a rendu si puissant qu'il ne peut plus invoquer sa magie sauvage sans mettre en péril l'arche du temps.
    Au bout du chemin, c'est la confrontation finale avec Turpide, le Rogue, qui attend Covenant... Le pouvoir de l'or blanc peut-il prendre le dessus sur le solvice maléfique ?


    1 commentaire
  • Il y a un lien entre Gemma Malley et moi, nous sommes fan de J. K. Rowling, de C. S. Lewis et de Philip Pullman...après avoir lu et apprécié énormément  son premier tome " La déclaration" ( j'en parle "ICI") la suite,"l'histoire de Peter" est encore plus captivante.

    Que devient une société qui refuse la mort ?!  Certainement pas le meilleur des mondes !

     

    «Peter contempla Anna un moment et se remémora la certitude qui était la sienne, quand il l'avait rencontrée, que les Surplus étaient un Fardeau pour Mère Nature, qu'il était de leur devoir de travailler dur, de servir la population Légale et de payer pour la Souillure de leur existence. Il lui pencha le front pour y déposer un baiser. «Nous vieillirons ensemble, murmura-t-il en caressant ses cheveux. Avec des rides, des enfants. Et nous détruirons la Longévité, aussi. Je te le promets.»

     

     Peter a pour mission de s'infiltrer dans le laboratoire pharmaceutique de son grand-père "Pincent Pharma" pour détruire le système  de longévité.  Il découvre les plans diaboliques et découvre in extrémis qu'il a été manipulé par son grand-père. M'dame Malley, j'en prendrai bien une troisième part de cette histoire, destiné certes à un public ados mais qu'importe...le sujet est fort, fait peur...et n'est pas si futuriste que ça d'ailleurs. Le peu que l'on sait sur les expériences en laboratoire porte à croire que l'on ne nous dit pas tout.

    Je m'interroge même sur les ingrédients utilisés dans ma crème de jour ! j'te jure !

    Ouais, bon ok, j'exagère par contre je suis sûre que si des pillules de longévité existaient sur le marché...non, je ne vous dis rien... je vous laisse imaginé jusqu'où la folie des hommes peut mener à la destruction du cycle naturel de la vie.

     

    De quoi, je me mêle, hein ! En ce qui me concerne, j'ai envie d'être grand-mère, moi... à la mode certes mais grand-mère tout de même ! 

     

    9782350211664

    Editions Naives - 2008

    à partir de 12 ans ( selon mon avis )

     

    4ème de couverture
    Angleterre, 2150.
    La mort n'existe plus. Les hommes vivent à l'ère de la Longévité : pas de morts... mais, pour éviter le surpeuplement, pas de naissances non plus. Peter et Anna ont un point commun : ils n'auraient jamais dû naître. Parce qu'une vie éternelle leur semble contre nature, parce que le système de la Longévité a gâché leur enfance, parce qu'il menace leurs rêves, ils ont décidé d'entrer en lutte. Pour sa suppression.

    Au sein du Réseau souterrain, la résistance s'organise : Peter a pour mission d'infiltrer le plus grand des laboratoires, le centre névralgique du système, Pincent Pharma... dirigé par son grand-père, Richard Pincent. Un homme puissant et influent, bien décidé à faire plier les rebelles ; une présence troublante pour Peter : quand les liens du sang s'en mêlent, tout se complique...

    La Résistance est la suite de La Déclaration, L'Histoire d'Anna (naïve, 2007), le premier roman de Gemma Malley. L'Histoire de Peter - personnage terriblement attachant - donne lieu à un récit haletant, qui aborde des questions essentielles. Que devient une société qui refuse la mort ?

     

    L'histoire d'Anna et  de Peter m'a d'ailleurs rappelé le film d'Alain Jessua de 1973 " Traitement de choc" avec Alain Delon et Annie Girardot.

     


    2 commentaires