• Les Oliviers du Négus"

     

    Après "La porte des enfers", Laurent Gaudé nous replonge dans une Italie qui lui est chère, qu'il connaît si bien. La solitude, la folie, la guerre, la mort sont réunis dans l'ultime magnifique et lyrique pensée humaine. Les quatre nouvelles de Laurent Gaudé sont  impitoyables, dures, puissantes, sombres... j'ai retrouvé avec grand plaisir la rythmique et la poésie de son écriture incomparable et l'ambiance mystérieuse qui font de lui un auteur d'exception. On aime ou on n'aime pas. Pour ma part, je n'aime pas...j'ADORE !!!!! C'est clair le jour ou je le rencontre, je tombe en pâmoison !!!!

    Encore une lecture qui reflète toute la passion de Laurent Gaudé pour l'écriture, le théâtre, la tragédie, l'histoire, la mythologie, l'âme humaine, qu'il nous offre avec justesse et émotion...toujours. 

     

    14414 1304850

    Editions Actes sud - mai 2011

    4ème de couverture

    "Les oliviers de Négus" Un vieil homme croit entendre chevaucher Frédéric II dans le royaume des Enfers."Le bâtard du bout du monde" Un centurion marche vers une Rome gangrénée dont il devance l'agonie."Je finirai à terre" Un soldat des tranchées fuit le "golem" que la terre a façonné pour punir les hommes."Tombeau pour Palerme"Un juge anti-mafia tient le compte à rebours de sa propre exécution...

    Dans la proximité de la guerre ou de la mort surgissent ces quatre récits où les héros - certes vaincus, mais non déchus - prononcent d'ultimes paroles. Ils veulent témoigner, transmettre, ou sceller des adieux. Minuscules fantassins de la légende des siècles, ils affrontent une Histoire lancée dans sa course aveugle. Et ils profèrent la loi tragique - celle de la finitude - qui, au-delà de toute conviction, donne force et vérité à leur message. D'où la dimension orale de ces textes qui revisitent la scène de l'oeuvre romanesque et, de Cris à La Porte des Enfers, réorchestrent des thèmes chers à Laurent Gaudé, auxquels la forme brève donne une singulière puissance.

     

    EXTRAIT 

    La mort convoque. C'est ainsi. Elle nous écarte pour un temps du rythme du monde et nous met en arrêt. Je veux être là-bas, avec ceux qui me sont chers. Je veux me pencher sur le vide que laisse la mort comme on le fait en haut d'une cascade, les oreilles bourdonnant du fracas des eaux, essayant en vain d'apercevoir l'abîme, plein d'un respect peureux face à la beauté des choses et leur caractère immuable. Je veux être à Peschici, sur ces terres qu'il a tant aimées et qui l'ont, elles, tant humilié. Si la terre peut cracher, elle le fit sur cet homme qui n'aimait rien tant que le silence des champs d'oliviers. Le Négus est mort. Je repense à son visage strié de rides, à sa voix rauque de fumeur de tabac, à ses yeux bleus qui illuminaient son visage lorsqu'il riait ou qui lui donnaient un air d'oiseau de proie quand il serrait les mâchoires. Je repense à ce vieil homme de quatre-vingt-douze ans qui vient de mourir et je me hâte comme si, en me pressant, je pouvais espérer arriver au village à temps pour sentir encore quelque chose de lui, un parfum, un souvenir, avant que tout ce qu'il a été ne s'évanouisse définitivement, dans la chaleur hébétée du mois d'août. 

    Je roule sur l'autoroute, dépassant Avellino et Candela. Dans la grande plaine de Foggia, c'est à nouveau à ces deux personnages que je pense : Zio Négus et Frédéric II. Ils sont liés. Tous deux ont parcouru ces terres. Tous deux ont été fous au point de faire trembler les hommes qu'ils croisaient. Zio Négus parlait sans cesse de Frédéric II. Il le faisait avec fièvre comme si ce nom excitait en lui une joie nerveuse. Il le faisait en pointant du doigt les rues alentour et les places. "Tout s'est passé là, disait-il sans cesse. Chaque pierre porte la trace de son passage." 

     


  • Commentaires

    1
    Jeudi 30 Juin 2011 à 16:15
    Armide + Pistol

    J'accroche à cette forme d'écriture, enthousiaste qui nous tient et ne nous lâche plus.

    2
    Jeudi 30 Juin 2011 à 20:41
    Voyelle

    ah bah ça pour te tenir, il te tient le laurent !!!

    3
    Jeudi 30 Juin 2011 à 22:40
    Armide + Pistol

    Je viens de m'inscrire à son site.

    Bonne soirée

    4
    Jeudi 30 Juin 2011 à 23:57


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :