• "Maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi" de Mathias Malzieu

    «Comment on va faire maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi?  Qu'est-ce que ça veut dire la vie sans toi?  Qu'est-ce qui se passe pour toi là?  Du rien? Du vide? De la nuit, des choses de ciel, du réconfort?»

    «Est-ce qu'il ne fait pas trop froid là-bas, est-ce que tu sais les fleurs sur le toit de toi, est-ce que tu sais pour le vent qui agite les volets de la cuisine et secoue ton ombre sur le carrelage ? »


    On entre dans ce magasin de pompes funèbres, il ne manque plus que les porte-clefs en marbre et les pin's "Rest in Peace". Toute la collection "mort automne-hiver" est arrivée : faux bouquets de marbre, tombes échancrées ou aux courbes pleines, plaques pour graver de la poésie "à notre amie, à notre tante"… à notre maman, ils doivent l'avoir celle-là aussi.

    Après la mort de sa mère Mathias Malzieu écrit un conte autobiographique, un concentré d'amour, poétique et touchant. Giant Jack, un géant de 4m50, docteur en ombrologie, va l'aider à surmonter ses angoisses, à vaincre les ombres de la mort, à grandir. Ce personnage me fait penser à l'imaginaire que l'on crée parfois dans l'enfance pour combler la solitude; un compagnon de jeu, un confident. Mathias Malzieu possède l'âme d'un enfant qui ne veut pas grandir. ça vous rappelle quelqu'un ? Peter Pan !
    J'ai été envoûté par le style de Mathias depuis la lecture de "La mécanique du coeur". Pas besoin d'exorciste. Je prie seulement pour que Tim Borton tombe amoureux de ses textes et les porte à l'écran avec ?!...le talentueux Johnny Depp, évidemment ! Le plus que parfait !
     



    Editions Flammarion 2005

    4ème de couverture : Mathias, un jeune homme d'une trentaine d'années, vient de perdre sa mère. Sur le parking de l'hôpital, il rencontre un géant qui l'aide à accepter de vivre malgré cette disparition et l'invite à un voyage fantastique dans le pays des morts. Cette évasion dans l'imaginaire lui permettra de passer d'un monde enfantin peuplé de super héros rassurants au monde plus cru et cruel des adultes. Dans la lignée d'un Tim Burton ou d'un Lewis Carroll, Mathias Malzieu signe ici un texte unique, à la fois conte d'initiation survolté et roman intimiste bouleversant. Un texte d'une force, d'une drôlerie et d'une poésie universelles, écrit parfois comme on peut crier sa douleur, ou l'envelopper dans le coton de ses rêves.

    Sur la différence entre écrire des chansons et des livres, Mathias Malzieu déclare : 'il y a une espèce de petit matelas moelleux super agréable sur lequel tu peux surfer quand tu fais de la musique, alors que quand tu écris un livre, chaque mot fait partie de toi et il n'y a rien pour te sauver. Il n'y a pas d'excuse (.. .). Et ça a été une vraie leçon'.

    Et moi je suis sur "un petit matelas moelleux super agréable" quand je le lis.


  • Commentaires

    1
    Dimanche 26 Juillet 2009 à 08:06
    Malo
    BONNNNN DIMANCHEEEEEEEEEEEEE bien ensoleillé j'éspere !^^

    Et merci de ton soutien sur mon blog !








    MALO


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :