• "Nora, Nora" de Anne Rivers Siddons

    Peyton, adolescente solitaire et secrète, refuse tous changements dans sa vie qu'elle partage avec un père lointain, avocat et défenseur de l'intégration.   L'arrivée de Nora sa cousine trentenaire, excentrique et à l'esprit très libéral va tout chambouler. L'énergie contagieuse et charmeuse de Nora libére petit à petit la vraie personnalité de Peyton et va permette à ce qu'un père et sa fille se retrouvent plus proche qu'ils ne l'ont été. La petite ville de Lytton qui sommeille et où les moeurs de la bonne conduite sont encore bien ancrés n'est absolument pas prête à accepter les frasques de Nora.
    Le décor est planté dans les années 60 en Amérique du Sud où la lutte contre la ségrégation commence à prendre de l'ampleur. On pense bien évidemment à Martin Luther King !
    Pour conclure, "Nora, Nora" est un récit plaisant aux dialogues poignants, percutants et drôles. La métamorphose intérieure des trois personnages principaux qui se dévoile au fil de la lecture est subtile et touchante. Une lecture pleine de grâce, je trouve !


    5193ARHTAYL SS500
                          Edition Pocket - 2005

    4ème de couverture

    Au début des années soixante, dans le cadre oppressant d'une bourgade du sud des États-Unis, Peyton, douze ans, s'efforce de trouver sa place entre un père trop distant et une tante étouffante. Se sentant profondément différente de ses camarades, elle ne trouve de réconfort qu'auprès de ses compagnons du club des Losers, qui compte trois membres en tout, dont elle-même... Survient alors Nora, une lointaine cousine. Belle, pétillante, exubérante à souhait, elle fume des cigarettes et conduit une Thunderbird rose fuchsia. D'abord méfiante, Peyton se laisse rapidement séduire. De son côté, Nora se prend d'affection pour cette rebelle en herbe et entreprend de l'aider à passer le cap délicat de l'adolescence. Elle décide également de secouer l'immobilisme de la petite ville en jouant de son arme favorite : la provocation...


    Biographie de l'auteur

    Anne River Siddons est née à Fairburn, une petite ville de Géorgie proche d'Atlanta, dans une très ancienne famille du sud des États-Unis. Etudiante en arts graphiques, elle milite très tôt pour le respect des droits civils des citoyens noirs américains.
    Vers 1960, après avoir travaillé quelque temps dans la publicité, elle devient journaliste pour un magazine d'Atlanta. En 1974, un éditeur, enthousiasmé par ses articles, l'invite à écrire ses premiers romans. Travailleuse acharnée, Anne River Siddons publiera un livre chaque année : des romans comme La Géorgienne, Les lumières d'Atlanta ou La plantation, dans un style clair et direct, décrivent de façon réaliste la vie des États du Sud américain.
    Anne River Siddons est mariée et vit entre Atlanta et Brooklin, dans l'Etat du Maine.

    Extraits choisis

    (...) Comme elle ne pouvait imaginer plus grand changement que celui qui ferait d'elle une femme, Peyton pensait que le moment était arrivé. Allongée sur le dos dans la petite pièce sombre et tranquille la tanière qu'elle n'abandonnerait jamais malgré les récriminations de Tante Augusta elle promena ses mains sur son corps les fit glisser jusqu'à ses hanches, remonta vers son visage puis descendit de nouveau. Par où le changement alllait-il s'amorcer ? Que ressentirait-elle exactement ?
    Peyton répétait ces  mêmes gestes presque tous les soirs. cela faisait partie de l'immuable rituel du coucher, au même titre que se brosser les dents, se laver le visage et réciter à voix basse
    Now I Lay Me ( prière classique pour enfants du 18ème siècle) la première prière que Clothilde lui avait apprise.

    Now I lay me down to sleep,
    I pray the Lord my soul to keep;
    Should I die before I wake,
    I pray the Lord my soul to take...

    Maintenant, je me couche pour dormir,
    Je prie le Seigneur, mon âme à tenir;
    Devrais-je mourir avant que je me réveille,
    Je prie le Seigneur, mon âme à prendre...


    - Si tu ne dis pas tes prières, je ne sais pas qui viendra te prendre, la nuit lançait cette dernière, mélangeant allègrement théologie et panthéisme. (...)


    (...) Saisis chaque occasion de satisfaire tes sens Peyton, déclara Nora. Dorothy Parker...Connais-tu Dorothy Parker ? C'est un poète et satiriste des années vingt et trente, magnifique. Elle a écrit un poème dans lequel elle disait : « passant devant une fontaine, m'accrochant à une pierre. » Ne t'accroche pas aux pierres. Attarde-toi plutôt devant les fontaines.
    - D'accord, dit Peyton sans savoir vraiment de quoi parlait Nora mais tout en saisissant malgré tout le sens de ses paroles ( ...)

    Le mouvement des droits civiques dont fait référence l'auteur : CLICK


  • Commentaires

    1
    Jeudi 21 Janvier 2010 à 15:45
    Lily
    Bon ben voilà, tu me tentes toi avec tes bouquins aussi hein ^^^, vais devoir la rajouter dans ma liste à lire qui comporte plus de 600 bouquins, vais faire comment moi m'dame Voyelle, si les bouquins que je vois sur les blogs m'intéressent....faut que j'arrête de dormir peut être....

    bisous ma douce
    2
    Jeudi 21 Janvier 2010 à 20:02
    Mélanie
    tu nous fais découvrir encore un superbe livre!
    bonne soirée!
    3
    Vendredi 22 Janvier 2010 à 01:13
    Armide
    Merci de nous transmettre ta découverte. Il me parait intéressant du point de vue historique ce livre.
    4
    Lundi 25 Janvier 2010 à 11:57
    Voyelle
    600 ?! mon dieu, sacrée liste ! tu vas y arriver...à long terme ! lol !
    bonne semaine lily, je passe te voir dès que je peux !
    bisouilles !
    5
    bleue Farandole
    Vendredi 6 Septembre 2013 à 00:00
    bleue Farandole
    Bravo ma Voyelle pour cette invitation très dynamique à la lecture! Je te félicite! Quand je te dis que tu aurais fait une bonne enseignante! merci pour ces découvertes!
    Merci aussi pour tes coms si encourageants pour moi! Mille bisous! A+!


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :