• "Quand Dieu était un lapin" de Sarah Winman

    « Est ce que je crois en un vieillard barbu dans les nuages, qui nous juge, nous autres mortels, suivant un code moral allant de un à dix ? Juste Ciel, non, ma douce Elly, je n'y crois pas ! Il y a bien longtemps que j'aurais été banni de cette vie avec mon histoire douteuse. Est-ce que je crois en un mystère ; en ce phénomène inexpliqué qu'est la vie même ?  Ce grand tout qui illumine l'inconséquence de notre existence ; qui nous donne un objectif en même temps que l'humilité de nous épousseter avant de tout recommencer ? ça, oui j'y crois. C'est la source de l'art, de la beauté, de l'amour, et c'est ce qui profère à l'humanité la bonté ultime. ça pour moi, c'est Dieu. ça, pour moi, c'est la vie. Voilà ce que en quoi je crois.» J'ai écouté la cloche sonner à nouveau, susurrant sur les vagues son appel, son appel. (...)  «Est-ce que tu crois qu'un lapin pourrait être Dieu ? lui ai-je demandé d'un air détaché.»

    J'ai lu depuis quelques semaines,  le beau 1er roman de Sarah Winman où l'ennui n'existe pas.  L'amitié, le lien familial et l'amour fraternel sont  indétrônables, pendant 364 pages. C'est un livre sur l'enfance et sur la difficulté de grandir face aux épreuves de la vie.  De la fin des années 1960 jusqu'à 2001, nous suivons la vie d'Elly et de son grand frère Jo sans jamais les perdre dans leurs choix.

    "Quand Dieu était un lapin" se lit assis dans une barque avec une grosse part de génoise. Il suffit qu'un lapin pointe son museau pour qu'il devienne le symbole de l'espoir ; croire en une vie meilleure. Le livre de Sarah Winman est pour moi un bon rafraichissement de l'esprit avec de grosses poignées de tendresse, de délicatesse, d'humour et beaucoup d'amour...sous toutes ses formes.

    Quand Dieu était une couverture de lapin

    Editions Flammarion - 2013

    Quatrième de couverture : 1968. L'année où Paris est descendue dans la rue où Martin Luther King a perdu la vie à cause d'un rêve, et où Eleanor Maud Portman, surnommée Elly, est née. Le monde de la jeune Elly est façonné par ceux qui l'habitent : ses parents, aimants mais distraits ; son frère et fidèle allié, Joe ; sa meilleure amie Jenny, au langage fleuri et à la persistante odeur de friture ; mais aussi un dandy vieillissant amateur de claquettes, ou un sosie de Shirley Bassey ; et enfin, bien sûr, un lapin modestement baptisé Dieu. Aux confluents de Little Miss Sunshine et des Cendres d'Angela, Sarah Winman signe un premier roman universel.


  • Commentaires

    1
    Samedi 18 Octobre 2014 à 05:59
    Aifelle

    Une petite bouffée d'amour et d'optimisme, ça ne se refuse pas. Noté ! yes

    2
    Samedi 18 Octobre 2014 à 20:54

    Sans doute très sympa à lire ma Vallia! Bien occupée ces jours-ci et je pense que pour toi, il en est de même! Gros bisous! A+! biggrin

    3
    Lundi 20 Octobre 2014 à 06:30
    Nadine Mamytimain

    Merci pour la référence Voyelle !

    J'ai bien pensé à vous le 10. Tout s'est bien passé ?

    Bonne journée



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :