• "Une part de ciel" de Claudie Gallay

    «Se souvenir permet de ralentir la perte des êtres comme celle des choses.»

    "Se souvenir permet de ralentir la perte des êtres comme celle des choses."
    En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/culture/livre/extrait-une-part-de-ciel-par-claudie-gallay_1272958.html#mTo7C2UOtLJFBYBI.99
    "Se souvenir permet de ralentir la perte des êtres comme celle des choses."
    En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/culture/livre/extrait-une-part-de-ciel-par-claudie-gallay_1272958.html#mTo7C2UOtLJFBYBI.99

    Il est très rare que je prenne du temps pour lire dans la journée...mais là - car il y a souvent un mais qui se glisse entre mes mots - Claudie Gallay m'a de nouveau emballée.Elle m'a littérairement ( Tiens un mot qui revient encore dans mes pensées, y en a souvent que j'aime bien échoter.) jeté un sort !

    "Une part de ciel" était dans ma liste de mes envies de lecture. Et puis il y a de toute façon mes incontournables à lire dont Claudie Gallay fait partie.

     Son dernier roman se lit avec délectation comme on le ferait en mangeant un bon gâteau au chocolat. Croûteux sur le dessus, moelleux à l'intérieur et coulant en bouche. Et le plus important est de prendre le temps pour en apprécier toutes les saveurs, découvrir l'épice manquante et les secrets enfouis sous un éventuel glaçage bien poudreux.

    Le rythme est lent,l'histoire s'y prête. C'est l'hiver, la vie découle au ralenti. Un temps idéal pour hiverner. Le décor est rustique, la saison rude. Les échanges entre Carole, Gaby et Philippe se terminent souvent en point de suspension. Le lien familial est fragile.

    La narration revient à Carole, la deuxième de la fratrie. Carole est celle qui est partie et qui revient deux fois par an dans le val.

    « Le Val-des-seuls n'est pas l'endroit le plus beau ni le plus perdu, juste un bourg tranquille sur la route des pistes avec des chalets d'été qui ferment dès septembre.

    Le train est entré en gare.

    J'ai regardé le quai.

    J'avais froid.

    J'ai toujours froid quand je reviens au val. Un instant, j'ai ressenti l'envie terrible de rester dans le train. je suis née ici, d'un ventre et de ce lieu. Une naissance par le siège et sans pousser un cri. Ma mère a enterré mon cordon de vie dans la forêt. Elle m'a condamnée à ça, imiter ce que je sais faire, revenir toujours au même lieu et le fuir dès que je le retrouve. »

    Les souvenirs sont douloureux, Les silences se font pesant,les regards sont lourds, curieux, interrogateurs, et les pensées secrètes tardent à se révéler. Il faudra compter 49 jours sur 446 pages pour chasser les nuages et voir enfin une part de ciel. Avec en prime,la promesse de se revoir bientôt.

    Quelques parts à déguster :

    «La plus grande des solitude a dit Sam , c'est quand plus personne ne partage vos souvenirs...Quand plus personne ne vous a connu enfant, plus personne ne sait votre passé, votre jeunesse. Vous ne pouvez plus parler de vous alors vous vous repliez et vous vous taisez.»

    «Curtil le disait, il faut tenir les chocs, rester droite en toute épreuve, le nez au vent et l'oeil sec, même quand les dominos s'écroulent à l'intérieur.»

    «Il est simple d'être heureux quand on est un enfant, il suffit de voir nos parents tranquilles et de se sentir aimé d'eux, on grandit alors dans un creux de grâce et on a une chance merveilleuse. Mais comment savoir si on est aimé vraiment? Sans ambiguïtés ? »

    «Les visages vieillissent, les corps s'affaissent mais les yeux ne changent pas. J'oublierai les choses, oui, sûrement mais jamais ce regard de limbes qu'elle a posé sur moi. Et ça parlait de moi dans ce regard. ça parlait de nous, de l'enfance commune, de tout ce qui nous avait traversées, reliées, séparées. Soudain, c'était là. Revenu.»

    Editions Actes Sud - 2013

    Quatrième de couverture

    Aux premiers jours de décembre, Carole regagne sa vallée natale, dans le massif de la Vanoise, où son père, Curtil, lui a donné rendez-vous. Elle retrouve son frère et sa soeur, restés depuis toujours dans le village de leur enfance. Garde forestier, Philippe rêve de baliser un sentier de randonnée suivant le chemin emprunté par Hannibal à travers les Alpes. Gaby, la plus jeune, vit dans un bungalow où elle attend son homme, en taule pour quelques mois, et élève une fille qui n’est pas la sienne. Dans le Val-des-Seuls, il y a aussi le vieux Sam, pourvoyeur de souvenirs, le beau Jean, la Baronne et ses chiens, le bar à Francky avec sa jolie serveuse…
    Dans le gîte qu’elle loue, à côté de la scierie, Carole se consacre à une traduction sur la vie de Christo, l’artiste qui voile les choses pour mieux les révéler. Les jours passent, qui pourraient lui permettre de renouer avec Philippe et Gaby un lien qui n’a rien d’évident : Gaby et Philippe se comprennent, se ressemblent ; Carole est celle qui est partie, celle qui se pose trop de questions. Entre eux, comme une ombre, cet incendie qui a naguère détruit leur maison d’enfance et définitivement abîmé les poumons de Gaby. Décembre s’écoule, le froid s’installe, la neige arrive… Curtil sera-t-il là pour Noël ?
    Avec une attention aussi intense que bienveillante, Claudie Gallay déchiffre les non-dits du lien familial et éclaire la part d’absolu que chacun porte en soi. Pénétrant comme une brume, doux comme un soleil d’hiver et imprévisible comme un lac gelé, Une part de ciel est un roman d’atmosphère à la tendresse fraternelle qui bâtit tranquillement, sur des mémoires apaisées, de possibles futurs. 1er chapitre

    Bonus de Voyelle @ écouter !


  • Commentaires

    1
    sister 82
    Mercredi 16 Octobre 2013 à 22:52

    merci pour l'annonce de ce titre , ça m'a donné envie d'aller  me couler sous la couette,


    ml ine

    2
    Jeudi 17 Octobre 2013 à 06:39
    Aifelle

    Bon bon, je l'ai déjà noté, mais je surligne, j'avais été un peu déçue par "les déferlantes", mais j'aime toujours son écriture et le thème de celui-ci me plaît bien.

    3
    Jeudi 17 Octobre 2013 à 09:10
    Bleue-Farandole

    Jolie jour à toi ma Vallia! Le soleil pointe son nez humide ce matin! Il va faire assez beau je crois! Sophie et Didier viennent ce week! Ce sera bien et bon de se revoir! Je garde ton livre là en mémoire! Il me paraît bien coeur! Bise toute ma vallia! A+!

    4
    Jeudi 17 Octobre 2013 à 12:26
    Le Boudoir de Nikita

    Une description très alléchante ... Tu m'as donné envie Voyelle, je note

    5
    Jeudi 17 Octobre 2013 à 18:49

    tu as un don pour joliment parler de tes lectures en tout cas!

    6
    Vendredi 18 Octobre 2013 à 21:41

    Je l'avais déjà noté mais tu me donnes très envie, il faut que j'achète "Seule Venise" aussi de Claudie Gallay ! Quand tu compares la lecture à la dégustation, j'aime ça :)  Bisous.

    7
    Samedi 19 Octobre 2013 à 22:35

    @ sister love " et alors sous la couette, c'est quoi ton livre qui prend le pouvoir ?!"

    @ Aifelle  "Ah ?! Tu n'as pas aimé les déferlantes ?! tiens donc !"

    @ Bleue Farandole  " oui, c'est un livre plein de coeur et subtile dans l'écriture...bon week-end entre amis !"

    @ Nikit@ " Chouette alors ! j'en suis ravie !"

    @ Arwen "HOOOOOOO, merci très beucoup !!!!!!!"

    @ Evelyne " J'ai aimé aussi seule à Venise...en fait j'ai aimé tous ses romans. le seul que je n'ai pas encore lu est "L'office des vivants"...ça viendra bien un  jour...@ suivre. Bonnes futures lectures avec Claudie !"

    8
    Dimanche 20 Octobre 2013 à 15:18

    tu me donnes envie là avec ce livre...je note <3



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :