• Voyage avec un âne dans les Cévennes

    En 1878, Stevenson a certainement été un des premiers à randonner avec un âne. A l'époque fallait oser tout de même ou être un peu bohème. Un original certains diront. Quoiqu'il en soit, Stevenson nous donne récit de son épopée à travers un itinéraire de 12 jours dans les Cévennes.

    ( Cliquez sur la photo pour voir + grand)

    Voyage avec un âne dans les Cévennes de Stevenson

     

    Il achète pour 65 francs et un verre d'eau de vie,  une ânesse qu'il baptise "Modestine".  Novice en matière de paquetage, tout son attirail de randonneur ne manque pas de mordre plusieurs fois la poussière. «(...) un ballot à maintenir sur un bât contre un coup de vent venu du nord glacial n'est point une activité de qualité, mais elle n'en contribue pas moins à occuper et à former le caractère. »

    Les lieux qu'il sillonne sont chargés d'Histoire (la guerre des camisards) et du mythe de la bête du Gévaudan. Battant la campagne sur des chemins escarpés, Stevenson découvre le plaisir de dormir à la belle étoile. La grande ourse veille sur ses pensées philosophiques. Lui qui a plus peur du chien errant que du loup.

    L'héroïne de cette histoire est incontestablement "Modestine", l'ânesse paisible, lente et chétive qui aime lui manger dans la main. Son entêtement "logique" lui vaut parfois d'être rosser par le voyageur excédé de ses écarts de conduite. Pourtant c'est grâce à Modestine que Stevenson découvre des paysages sauvages, étranges et fantastiques.

    L'auteur de l'île aux trésors et de l'étrange cas du Docteur Jekill et de M.Hyde se révèle être un campeur attentif et précis. Son récit très visuel enchante. Il offre à qui le veut bien toute la richesse et le bien-être de pratiquer la marche à pied.  Stevenson n'est que le témoin d'une aventure fantasque et sans Modestine le voyage aurait été bien fadasse. Pour ceux qui veulent vivre l'aventure c'est par ici

    Merci  à Aifelle  pour la découverte

     

    Editions Flammarion - 2013

    Quatrième de couverture : Voyage avec un âne dans les Cévennes Ce roman est le compte rendu à la fois nostalgique et espiègle de la randonnée qu'effectua Stevenson avec une ânesse obstinée dans les Cévennes en 1878. Tandis que l'animal réinvente, à mesure de sa fantaisie, le chemin du voyage, son maître se prend peu à peu aux joies de l'errance. Éloge de la lenteur et du goût pour l'inutile, Voyage avec un âne dans les Cévennes nous invite « à voir le monde comme une bohème non pas vraiment raffinée, mais glorifiée et pacifiée » (Henry James).


  • Commentaires

    1
    Dimanche 22 Février 2015 à 15:22

    Ah! ben voilà copain Stevenson!!! c'est chez nous que ça commence! J'aime beaucoup particulièrement quand il couche au Monastier et partage la chambre d'un commerçant accompagné de la femme et de l'enfant! Il arrive dans la chambre lorsque'il n'y a pas encore le mari et il nous transmet à couvert une jolie émotion au parfum exquis de sensualité!

    Nous avons beaucoup randonné sur le chemin de Stevenson surtout quand nos gosses étaient petits avec un âne! Folklo à certains moments!

    Voilà que j'aimerais beaucoup t'y emmener ma Vallia avec ton Monsieur Voyelle! N'attend pas trop pour sûr! Mille bisous d'hiver! A+! joli dimanche! clown

    2
    Dimanche 22 Février 2015 à 16:04
    arwen

    Je croyais que c'était toi qui étais partie dans les Cévennes yes

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    3
    Lundi 23 Février 2015 à 14:02
    Aifelle

    Si je pouvais, je la ferais cette randonnée, je me suis contentée d'aller repérer l'arrivée yes  Et il faudrait que je trouve ma Modestine ..

    4
    lm
    Jeudi 16 Avril 2015 à 10:57

    Ils ne  sont pas encore arrivés Stevenson et Modestine ? J'ai envie de lire un autre billet !

    Bises, lm.



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :